La notion « sport de combat » est différente de celle d’art martial, même si certaines disciplines présentent les deux facettes. Par définition, l’art martial c’est l’« art de guerre ». Vu l’aspect dangereux de la chose, il est impossible d’en organiser des compétitions. Donc on en a fait un « sport de combat ».
 

 

Le sport de combat possède des règles visant notamment à garantir la sécurité des participants. Elles sont très souvent transgressées et non respectées, d’où l’importance d’un arbitre dans ce type de sport.
 

Le sport de combat est d’un côté une déclinaison sécurisée du combat réel, mais d’un autre côté, il permet d’affronter un adversaire ayant des réactions imprévisibles et dans un bon esprit sportif (fair-play et respect).
 

 

La boxe est pratiquée par 100 millions de personnes à travers le monde. Pour répondre à cette demande, Decathlon lance Outshock, sa marque dédiée à l’art noble, qui propose des produits conçus pour assurer le confort et la protection des boxeurs.
 

Lancée début juillet 2016, la marque fait ses débuts avec des gants de boxe et des sacs de frappe.
 

« L’objectif d’Outshock est de rendre la boxe accessible à tous en faisant disparaître l’appréhension de se blesser pour explorer toutes les belles valeurs de ce sport : confiance, engagement, audace et respect de l’adversaire », explique Olivier Clayssen, le patron d’Outshock.
 

Si Outshock a été “détachée” de Domyos, c’est parce que les sports de combat, actuellement en plein rajeunissement et développement, correspondent “à des usages et codes spécifiques très différents de ceux du fitness et de la danse, également couverts par Domyos“, explique une porte-parole d’Outshock.
 

taha knidri decathlon marrakech